Dissertations de philosophie

Dissertations de philosophie : j’espère que vous trouverez votre bonheur sur cette page ! Pour voir mes autres pages qui vous réservent de nombreuses surprises :-), cliquez sur les boutons « Plan du site » ou « Retour au menu »... Et voici maintenant ma page "Dissertations de philosophie" !

Dissertations de philosophie Dissertations de philosophie Dissertations de philosophie

Dissertations de philosophie

Dissertations de philosophie

Voici ce qui est proposé :


C'est simple et rapide !

1. Vous avez une dissertation à faire.
2. Vous nous postez le sujet.
3. Vous recevez notre réponse par email !


Pour chaque demande, nous vous envoyons :

- des éléments pour la problématique,
- un plan détaillé de votre sujet,
- des références philosophiques utiles,
- des citations pertinentes pour votre sujet s'il en existe,
- la rédaction complète pour certains sujets "classiques".

 

Ma liberté commence t-elle où commence celle d'autrui ? 


** Problématisation :

"La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" : cette phrase est devenue une évidence, presque un proverbe. Elle est sans cesse répétée, jamais repensée. Le sujet consiste précisément à s'interroger sur cette "évidence" pour tenter de la remettre en question. Cette affirmation est une tentative de répondre au difficile problème : comment les libertés des différents individus peuvent-elles coexister au sein d'une même société ? Comment la liberté des uns peut-elle ne pas nuire à la liberté des autres ? Mais cette solution est-elle satisfaisante ? Sur quelle conception de la liberté repose-t-elle N Que présuppose-t-elle ? Quelle conséquence y-a-t-il à concevoir ainsi la liberté, et en particulier cette conception permet-elle de penser - et d'instaurer dans les faits - une liberté publique, une liberté collective et politique ? 


** Proposition de plan : 


I - La coexistence des libertés repose sur le principe de la tolérance.

A) La conception des lumières et la Révolution française 
1. "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui." (Déclaration des droits de l'homme de 1789). Soucis de ramener au strict minimum les entraves mises à la liberté : la liberté doit-être la règle, l'interdit : l'exception. 
2. Seule la liberté doit arrêter la liberté. Ce n'est qu'au nom de la liberté qu'il est admissible - et nécessaire - de poser des limites à la liberté. 
-> exemple 1: droits des fumeurs/droit des non-fumeurs) 
-> exemple 2: Droit à la liberté d'expression/droit à ne pas être publiquement calomnié
3. Limitation mutuelle des libertés, tolérance réciproque. 

B) Les présupposés de cette conception. 
1. Une conception pessimiste : les libertés sont potentiellement liberticides. Trop de liberté nuit à la liberté. Il est possible d'être trop libre, d'abuser de sa liberté. 
-> Ce ne sont pas seulement la tyrannie ou l'oppression qui constituent des menaces à la libertés. La menace peut résider dans la liberté elle-même, dans un certain usage fait de la liberté. 
2. Il existe donc un mauvais usage de la liberté, qu'il convient de contenir par la loi.La liberté n'est pas un but en soi, ni une valeur suprême. 

C) Les conséquences menaçant cette conception de la liberté. 
1. Si la liberté menace celle des autres, on tombe dans un rapport de force. 
-> Chacun (individu ou groupe social, groupe de pression) tentera de pousser son avantage si le rapport de force lui est favorable. 
-> Ma liberté sera donc d'autant plus menacée et limitée que l'autre parviendra à faire prévaloir la sienne. 
2. La liberté risque alors d'être réduite à un état de fait (expression d'un certain rapport de forces), elle n'est plus à auquel chacun a droit. 


II - Seule la loi, universelle et la même pour tous, permet d'arbitrer entre les libertés individuelles (Kant)

A) L'opposition entre droit et privilège 
1. La revendication de privilèges : réclamer des droit pour un individu ou un groupe au détriment de la liberté des autres. 
2. Un droit est le contraire d'un privilège : il suppose l'égalité de tous devant la loi, il vise l'universel et non le particulier (Kant) 
-> exemple : le suffrage universel par opposition au suffrage censitaire. 

B) La loi comme garant de l'universel 
1. Le but de toutes loi véritable est de rendre possible la coexistence des libertés individuelles conformément à une loi universelle. 
2. Ce n'est qu'à cette condition que l'arrêt d'une liberté devant une autre ne décrit plus un état de fait ( la liberté s'arrêtant parce qu'elle rencontre un obstacle) mais devient ce que prescrit le droit : toute liberté doit s'arrêter là où elle commencerait à empiéter sur la liberté de l'autre. 

C) La loi comme fondement de la liberté 
1. La loi garantit à chaque citoyen le respect de ses libertés fondamentales. 
Le rôle de la loi n'est pas seulement de réguler l'usage des libertés mais aussi de les établir. 


III - La dimension collective de la liberté

A) L'instauration de la liberté civile suppose non pas une limitation de la liberté naturelle, mais son abandon pur et simple. (Rousseau) 
1. Sur le plan politique, la liberté ne peut-être que collective. C'est un peuple tout entier qui est libre ou qui ne l'est pas. 
-> exemple : libération de la France à l'issue de la seconde guerre mondiale, ou accès à l'indépendance d'un peuple colonisé. 
2. Dans la sphère privée, c'est une relation qui est libre ou qui ne l'est pas. L'un des membres du couple ne peut-être libre si l'autre ne l'est pas également. La liberté ne peut consister à asservir autrui. 

B) Les libertés, loin de se combattre, s'appellent et s'éveillent mutuellement. (Lévinas) 
1. La liberté ne peut-être conçue de façon quantitative. 
-> Elle ne se "partage" pas, comme les parts d'un gâteau ou les parcelles d'un terrain entre les différents héritiers. On ne peut lui appliquer la formule : "Plus l'un sera libre, moins l'autre le sera". 
2. Tout au contraire, la liberté est partagée par les différents individus. 
-> Plus l'autre prend de liberté à mon égard, plus il m'ouvre un espace de liberté en retour. 
3. Ma liberté et celle de l'autre ne peuvent se soustraire, mais plutôt se conjuguer et s'éveiller mutuellement. 
-> Rencontrer un homme libre (Gandhi, Jésus, etc.) n'est pas une menace pour ma liberté, mais, au contraire, comme une invitation à vivre moi même en homme libre. 


** Conclusion :

La phrase repose sur la confusion entre liberté d'une part, et possession, pouvoir ou domination de l'autre. C'est dans le rapport de forces que plus l'un prend l'ascendant, plus l'autre subit sa férule. Le tyran n'est pas libre tant que le peuple ne l'est pas. Sa conduite lui est dictée par sa position de tyran. La liberté ne peut consister à asservir autrui. Celui qui veut dominer autrui est lui-même esclave de son besoin de domination, besoin qui s'ancre sans doute lui-même dans une peur de l'autre, qu'on veut dominer pour n'avoir plus à le redouter comme autre. 


** Citations :

"La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui" DDH de 1789 

"Seule la loi, universelle et la même pour tous, permet d'arbitrer équitablement entre les libertés individuelles" Kant 

"Le droit est le contraire d'un privilège : il suppose l'égalité de tous devant la loi, il vise l'universel et non le particulier" Kant 

"L'instauration de la liberté civile suppose non pas une limitation de la liberté naturelle mais son abandon pur et simple" Rousseau 

"Les libertés, loin de se combattre, s'appellent et s'éveillent mutuellement." Lévinas 


** Références :

Hobbes : Léviathan chapitre 17 
Spinoza: Traité politique, Tome IV, chap. V - § 6 
Rousseau : Du contrat social LI. chapitre 8 - et 8ème Lettre de la montagne 
Kant : Qu’est-ce que les lumières? Pléiade tome 2 pages 209 à211 
Hegel : La phénoménologie de l’esprit, tome 1, pages 159 à 165 
Bergson: Essai sur les données immédiates de la conscience. 
Sartre : L’Être et le néant. Gallimard - TEL pages 612-613 

Dissertations de philosophie

Souhaitez-vous apporter un complément d'information ? Écrivez-moi !

Pour s'inscrire à ma mailing-liste :
   

Cliquer une seule fois est suffisant !
Inscription gratuite -
votre adresse ne sera jamais remise à un tiers.


Dissertations de philosophie Dissertations de philosophie Dissertations de philosophie


HAUT
DE LA PAGE

 

Menu des connaissances
Histoires à ton prénom
Plan du site